Pétanque en entreprise : le team boulding qui tourne mal

« Qui en est ?! »

Il était 18h30 tapante ce jeudi quand Donatien déboulait dans l’open space pour rameuter les troupes, inviter ses collègues à lever la tête des écrans et venir participer à l’évènement qui remplace l’habituel pot d’équipe : la première partie de pétanque de l’année.

Donatien avait lui-même fait le Doodle

Avec un soleil qui pointe le bout de son nez depuis le mois de février, cet agitateur de la machine à café ambitionne secrètement de vouloir écraser ses collègues, lui le fan de boules qui confesse « adorer se faire une petite pétanque avec un bon pastaga » en singeant maladroitement l’accent du sud. Il faut dire que ce n’était pas facile de trouver une date en ce mois de mai, « un mois gruyère » comme aime le répéter Romain, un collaborateur qui vient tout juste de fêter ses cinq printemps dans la société. Même s’il décline gentiment l’invitation car «ce n’est pas le moment,  je suis coincé sur un dossier, ça sent la nocturne au bureau», Romain n’est jamais le dernier pour décompresser, lui qui a connu l’époque où « ça allait souvent boire des coups le jeudi soir. Mais c’était avant que Yoann dépasse les bornes avec Laurène. Ça a automatiquement mis un froid entre les jeunes de la boîte », regrette celui que l’on surnomme « le Ro ».

Virginie ne pourra pas défendre ses chances

Arrivé au pas de course sur le square situé à quelques encablures des bureaux, Donatien aura tout de même réussi à rassembler cinq joueurs sur ce boulodrome qui fait face au bistrot du Relais, le quartier général des employés situé à l’angle d’un boulevard assourdissant et déjà engorgé avant l’heure de pointe. Cinq joueurs, soit juste le nombre pour faire une partie à deux contre deux et demander à Virginie, l’assistante de direction de « jouer à l’arbitre pour cette fois-ci ».

En parlant de direction, c’est une surprise mais elle est là. Ou plutôt il, car c’est sans hésitation que Monsieur Peyrelade, directeur de l’agence a répondu à l’invitation de Donatien. L’occasion pour lui de briser la glace avec ses collaborateurs, lui le dirigeant qualifié de « bourru » et « sous tension » après l’annonce des résultats enregistrés par la société au dernier semestre, résultats malheureusement en-dessous des objectifs fixés par le conseil d’administration.

On oublie les chiffres et un seul mot est à l’honneur : « plai-sir ! mais avec le goût de la victoire, car c’est encore meilleur ! » assène Monsieur Peyrelade.

Même si faire équipe avec son supérieur lui aurait été plus agréable, notamment pour briller devant la hiérarchie à quatre jours d’un rendez-vous crucial pour l’augmentation salariale qu’il attend depuis dix-huit mois, Donatien fera équipe avec Florent, le chargé RH en alternance, équipier modèle mais dont on ne connait que trop peu le niveau en pétanque, alors qu’il s’estime humblement comme un vrai débutant. Qu’à cela ne tienne, Donatien croit en leurs chances de victoire et fait preuve d’optimisme quant à la première partie de l’année.

Dix minutes ont passé après le jet de but et dès les premières mènes, rien ne se passe comme prévu pour la paire Donatien/Florent. Ce dernier se montre incapable d’accrocher le cochonnet à moins de 120 cm et peine à respecter les consignes de son équipier qui se crispe à chaque lancé du novice alternant.

La partie avance et le score défile. Pour Donatien, qui ne comprend pas pourquoi son adresse au tir le lâche soudainement, cela ressemble au fameux « jour sans ». A l’inverse de Stéphane Peyrelade et Philippe Ahmed sur un nuage depuis le début de la partie. Tir becqué qui fait rentrer trois boules pour le directeur, plombage qui colle au but pour le chargé des réseaux informatiques, absolument rien ne résiste aux deux compères du jour qui s’envolent tranquillement au tableau d’affichage avec ce brin de réussite qui caractérise les champions.

le V de la victoire

Le team-boulding vire au cauchemar pour le pro-actif Donatien lorsque que Florent essaie de remonter le moral de la doublette à coups de « quand ça ne veut pas, ça ne veut pas » ou  » c’est rageant ! » sur un énième tir vendangé par son coéquipier, qui ne cache plus sa colère et s’en prend désormais aux aspérités du boulodrome quand il n’invoque pas son sommeil léger la nuit dernière.

A l’arrivée, victoire nette 13-2 du duo Peyrelade/Ahmed. En pleine euphorie, Monsieur Peyrelade promet à ses employés une nouvelle partie au plus vite. Mais c’est sans compter la période de rush de clôture des comptes qui arrive, clôture précédant la remise du rapport d’activité, précédant lui-même les congés d’été. Ce sera donc pour septembre « mais ça arrive vite, c’est déjà demain », conclue le vainqueur du jour avec un sourire satisfait.

Quant à Donatien, l’initiateur de cette sortie team boulding, il regagne le bureau la tête basse, humilié et penaud devant sa propre médiocrité. On apprendra malheureusement quelques mois plus tard que le collaborateur, en mal de reconnaissance, a quitté l’entreprise pour relever de nouveaux défis et tracer un horizon professionnel plus radieux. Bonne route à toi Donatien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *